Notre vigne

L’aire de production

Notre vigne est une Appellation d’origine contrôlée Lavaux, les lieux de production sont Villette et Epesses.

 

Un climat favorable

La faible altitude des parcelles (max. 450 m), la déclivité de la pente, ainsi que l’exposition sud à sud-ouest des parcelles constituent des conditions très favorables à la croissance de la vigne. En outre, l’influence du lac Léman sur le climat de Lavaux est de toute première importance. La région bénéficie, comme on a coutume de le dire, de « trois soleils » : l’astre lui-même, la réflexion de ses rayons par le lac et la restitution nocturne de la chaleur accumulée par les murs de vigne.

 

Un sol calcaire

L’ensemble du coteau de Lavaux a été fortement modelé par les glaciers. Le sous-sol de notre domaine est constitué de moraines compactes, plaquées sur la molasse sous-jacente (roche-mère). Les sols sont calcaires, de texture moyenne, peu caillouteux. Leur profondeur varie selon les zones, passant de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres. Comme dans tout bon sol à vignes, la fertilité est modérée : suffisante à la bonne croissance de la vigne, mais pas excessive. Le régime hydrique est lui aussi adapté : réserves en sous-sol, pas d’excès nuisibles à un bon enrichissement des raisins en sucres et en composés aromatiques.

 

La culture sur fils de fer

La vigne est cultivée sur fils de fer, en rangs espacés de 1,60 mètre environ. Ce mode de conduite est le compromis idéal pour garantir une qualité optimale tout en permettant un travail facilité. La configuration du terrain ne permet pas le passage de tracteurs, aussi une bonne part du travail est effectuée manuellement. Toutefois, des chenillettes équipées de divers outils permettent la mécanisation de certains travaux.

Les cépages blancs

Le Chasselas, un roi en Lavaux

Le Chasselas est incontestablement le cépage roi à Lavaux où il a trouvé sur les pentes abruptes et parfaitement exposées un terrain de prédilection. Bien que rarement désigné sur l’étiquette, il compose tous les vins blancs vaudois AOC dont aucun cépage n’est mentionné. En Valais, il prend le nom de Fendant. C'est une variété plutôt précoce, moyennement vigoureuse, qui donne de grandes grappes prenant une belle coloration dorée à l'approche des vendanges. À rendement maîtrisé, il donne naissance à un vin blanc d'une grande finesse. Il a la particularité d'exprimer le terroir qui le porte : arômes fins et floraux dans certains cas, minéraux ou fruités dans d'autres situations.

 

Le Doral, un vrai Swiss made

Obtenu en 1965 à la Station fédérale de Changins, le Doral est issu d'un croisement de Chasselas et de Chardonnay. Il n'est donc cultivé qu'en Suisse, dans les cantons de Vaud (5 ha) et Tessin (2,5 ha). Le Doral est un cépage à maturité précoce, il est mûr avant le Chasselas. Il donne des vins légèrement aromatiques et corsés qui se prêtent bien à un certain vieillissement.

 

Le Muscat Oliver, un Hongrois vigoureux

Notre variété de Muscat est originaire de Hongrie. Vigoureux et plutôt fertile, il se distingue des Muscats habituellement cultivés en Suisse par sa précocité. Ses baies sont très agréables à consommer en tant que raisin de table. Le Muscat Oliver donne des vins à très forte intensité aromatique et caractérisés par des notes dites musquées.

Les cépages rouges

Le Pinot Noir, un cône de pin

Il est possible que ce cépage ait été sélectionné et cultivé dès l’époque romaine. La renommée des grands terroirs de Bourgogne a favorisé l’extension de son aire de culture sur toute la planète viticole. En Suisse, on le retrouve dans presque tous les vignobles et c’est le premier cépage en Suisse depuis 2005. Le nom de Pinot est probablement dérivé de «pin», la forme classique de sa grappe rappelant un cône de pin. Le Pinot Noir présente une grande variabilité de caractères, propre à chaque clone. Il est très exigeant du point de vue de la vinification. Les vins de Pinot Noir sont caractérisés par une couleur peu intense, des arômes fins et racés de fruits rouges et une bouche bien structurée. Vinifiés en rosés, ils prennent le nom d’Oeil-de-perdrix. Les clones cultivés sur notre domaine sont de types « Bourgogne » et « Cortaillod ».

 

Le Plant Robert, l’autre Gamay

Des études génétiques ont démontré que le Plant Robert n'était pas un cépage à part entière, mais une sélection hautement qualitative de Gamay. Cultivé exclusivement entre les villages de Cully et d'Epesses dans le vignoble de Lavaux (VD), on peut trouver les vins sous diverses appellations (Plant Robaz, Plant Rebez), mais tous les greffons sont issus d'une même sélection effectuée dans les années soixante par un vigneron local. Les vins sont en général vifs, expressifs avec des arômes marqués de violette et parfois de fruits noirs et une légère note épicée.

 

Le Cabernet Dorsa, extraordinaire !

Réputé pour son intense couleur sombre et ses arômes complexes, le Cabernet Dorsa est l’œuvre de l’Allemand Bernard Hill de l’Institut de recherches Weinsberg qui, en 1971, a croisé un Limberger avec un Dornfelder. Assez répandu en Europe et aux États-Unis, ce cépage est moins connu en France. Très frileux aux grandes chaleurs, il résiste en revanche très bien aux froids hivernaux et ne craint ni le mildiou ni la pourriture. Il séduit les palais par un vin charpenté, corsé et tannique. On dit de lui qu’il possède des arômes de bois de santal, de fruits rouges et noirs comme la cerise et la mûre. Il envoûte aussi les sens par ses notes fumées et son poivre rouge. Ce vin concentré n’en reste pas moins ample et rond en bouche. Un régal explosif et tannique !


Le Mara, 100% swiss made !

C’est en 1970 que la Station suisse de Recherche Agroscope Changins-Wädenswil (ACW) met au monde le Mara, croisement entre un Gamay et un Reichensteiner et cousin du Gamaret et du Garanoir. Toutefois, Il n’a été homologué qu’en 2009, car son développement fut délicat en raison du risque de surmaturation dans les zones chaudes. Ainsi, s’il est plutôt précoce, il est toutefois bien résistant à la pourriture et s’adapte à merveille aux assemblages. Mais gare aux zones trop chaudes et sèches, il n’en est pas fan. Cultivé uniquement en Suisse, le Mara offre un bouquet complexe aux notes de fruits noirs et d’épices, ses vins sont colorés et originaux, épicés et bien charpentés.

 

Le Galotta, un croisement riche en tanins

Obtenu en 1981 à la Station fédérale de Changins, le Galotta est issu d'un croisement entre l’Ancellotta et le Gamay. Moyennement précoce, et malgré une relative compacité des grappes, il présente une résistance remarquable à la pourriture, ce qui permet d’éviter l’emploi de traitements chimiques et de retarder les vendanges afin d’atteindre une maturité optimale du raisin. Avec une production maîtrisée, le Galotta fournit des vins au bouquet fin, ils sont très colorés et corsés, et riches en tanins de bonne qualité.

 

Le Saint-Laurent, un velouté rare

Le Saint-Laurent est un cépage peu répandu. On le trouve surtout en Autriche et Allemagne. Son origine n’est pas très claire, on suppose qu’il s’agit d’une variation de Pinot Noir. Quoi qu’il en soit, c’est un cépage de qualité. Par sa maturation relativement précoce, il peut être planté dans des conditions modestes. Les baies possèdent un épiderme assez épais, lui conférant une bonne résistance à la pourriture. Cette caractéristique permet des vendanges tardives, favorisant la réduction de l’acidité, qui est en général deux à trois grammes par litre supérieure à celle du Pinot Noir. Le vin est généralement de couleur intense, au bouquet fruité rappelant parfois les vins de Bordeaux, et velouté.

© 2017 Laurent Berthet - Notre vigne, votre plaisir